2014(e)ko ekaina 12, osteguna

Baionako manifestaldia 2014ko ekainaren 14ean - Manifestation du 14 juin 2014 à Bayonne


Aieteko Konferentziak (2011-10-11) eta ETA erakundeak armak uzteko hartu erabaki historioak Bake eta Adiskitze prozesuari bidea zabaldu dute Euskal Herrian. Prozesu hunen ongi bideratzea Herri huntako gizarte osoaren eskutan dago, gizalde-osagai guziak barne. 
Hainbat gizarte eragile, politiko, sindikatu eta hautetsiek ekainaren 14an beharra den manifestaldian parte hartzera deitzen dute "Gizaeskubideak, Konponbidea, Bakea" lemapean.
Agiri hunen izenpetzaileak, hainbat erakunde humanitario eta sentiera askotako sinestun taldeak dira. Justizian eta bakean oinarrituriko gizarte eraketaren aldeko suharrak izanik, beraien kide eta zaleak deitzen dituzte manifestaldian parte hartzera. Bide batez, herritar guziak deitzen dituzte beren hurbiltasuna adieraztera euskal gatazkaren ondorioz sufritu eta sufritzen duten presuna guziei: preso politikoak eta hauen familiak, errefuxiatuak, atzerriratuak, ETA eta IPARRETARRAK erakunde armatuen biktimak, sasi-polizia taldeenak eta Estado terrorismoa deitu beharko litaikearenak.
Bakean oinarrituriko bizikidetza berriaren eraketa bermatzeko ezinbestekoak dira erabaki administratibo eta politikoak, ezinbestekoa ere giza-presuna bakotxaren eskubideen errespetatzea: protagonista bakotxaren erreabilitazioa, prozesu luze baten ondorioz baizik ardiesten ahalko da. Horra zergatik beharrezkotzat daukagun hauek laguntzea beraien duintasunaren berreskuratze bidean. Hunelako engaiamenduak ekainaren 14eko manifestaldian parte hartzera behartzen gaitu.

La Conférence d'Aiete du 11 octobre 2011 et la décision historique de l'ETA d'abandonner la lutte armée ont ouvert la voie au processus de Paix et de Réconciliation au Pays Basque. La réussite de ce processus suppose la mobilisation de l'ensemble de la société de ce Pays dans toutes ses composantes.
Différents acteurs sociaux, politiques, syndicats et élus appellent à une manifestation le 14 juin à Bayonne autour des thèmes: Droits de l’Homme, Résolution, Paix.
Les organismes signataires du présent appel sont des organismes à vocation humanitaire et des groupements de croyants de sensibilités diverses. Adhérant pleinement à la construction d'une société dans la justice et la paix, ils appellent leurs membres et sympatisants à se joindre à la manifestation. Ils invitent aussi tous les citoyens à se rendre proches de toutes les personnes qui ont souffert et qui souffrent encore à cause du conflit basque: les prisonniers politiques basques et leurs familles, les réfugiés, les éxilés, les victimes de la violence armée de l’ETA, d'IPARRETARRAK, des groupes para-policiers et de ce qu’il faudrait appeler le terrorisme d’Etat.
L’instauration d’un nouveau vivre ensemble dans la paix exige des décisions administratives et politiques, et ne pourra être assurée que par le respect des droits de toute personne humaine: cela passera certainement par un long processus de réhabilitation de chacun des protagonistes. C’est pourquoi il nous paraît indispensable de les accompagner dans la démarche de  réappropriation personnelle de leur dignité. Cet engagement passe aujourd’hui par notre participation à la manifestation du 14 juin.

ATXIK BERRITUZ (Collectif de chrétiens en Pays Basque)
CCFD TERRE SOLIDAIRE
CDDHPB (Comité de Défense des Droits de l'Homme en Pays Basque)
CIMADE
GRT (Groupes de Recherche Théologique)
HERRIAREKIN (Collectif de Prêtres en Pays Basque)

2014(e)ko apirila 21, astelehena

Otoitzaldia Kanboko elizan 2014ko martxoaren 26ean - Temps de prière à l'église de Cambo le 26 mars 2014


OTOITZALDIA KANBOKO ELIZAN 2014. MARTXOAREN 26an

ATXIK BERRITUZ Kolektiboaren ekimena (edo iniziatiba), gizarte zibilak bake prozesuaz jabetzeko daraman dinamikan kokatzen da. Alabaina, gure ustea da kristau erkidegoak, gizarte zibilaren partalier denaz geroz, baduela berariazko ekarpena egiteko prozesu hau aintzinarazteko. 

Gure egitatea, erronka edo estrategia politiko guziei begira, mendekotasunik gabekoa da; eta debekatzen diogu gure buruari presunen edo gertakarien ebaluazio moralean sartzea. Aintzat hartzen ditugu ere bake prozesuaren alde egiten diren hainbat urrats politiko, diplomatiko eta beste. 

Azkenik, Iparraldeko lurraldeari mugatzen da, jakinik ez duela iparraldeko egoerak zerikusirik Hegoaldekoari konparatuz. 

Gure egikundearen helburua da hautsi lokarria ber-lotzea, gatazkaren ondorioz jarri hisia ezabatzeko asmoz. Hori du erran nahi "Adiskidetzea"k (beharbada hobe litaike "ber-lokarritzea" erraitea): ez da zentzuzkoa atzoko etsaiak gaur batzuk bertzeen besoetan eror daitezkeela pentsatzea. Hala ere, xedea da harremana ber-abiaraztea, hisia haizatzeko. 

Hortarako, lehenik eta oroz gainetik kondutan hartu beharrak dira presunak, gizabanakoak, Presuna Bera; eta hau hurbilketa ahalik eta "orekatu" eta bidezkoan gatazkaren protagonista desberdineri begira. Magalie Besse anderearen ahotik entzun ahal izan dugu, bigarren gaualdian: "bizi diren sufrimenduen alderako ezagupen ez-simetrikoa ainitzetan salatua da, mespretxu marka eta onartezinezko injustizia bezala hartua da." 

Sufrimendua edozoin kolore politikoren gainetik doa, eta etzaigu sufrimendu bihirik arrotz gelditu behar. Hauxe dio Joxe Arregi euskal teologoak: "Sufrimendu historia bakotxa, bakarra eta sakratua da; eta bakotxak, bakarra balitz bezala merezi du ezagupen eta arta." 

Sufrimendua entzun eta aditu, eta emeki-emeki protagonisten motibazioak entzun ere. Gure esperientzia laburrak erakasten dauku presunak elgarren presentzian jartzen diren heinetik zerbait gertatzen dela. "Hitzak baino haratago, behakoak ere badira" zioen bigarren gaualdian parte hartu zuen protagonista batek. 

Gure egitekoa da, beraz, elgar-hurbiltzearen eta elkar-hizketaren baldintzak sortzea harrera eta adikortasuna medio, berriz erranda ere hautemate moral ala politikoak bazterrera utzirik, argi izanik helburua dela presunen ber-eraiketa eta zaurituek presuna-duintasuna berreskuratzea. 

Jarrera egokia Samariarrarena da: zauritu bat ikusten du bide bazterrean. Ez da axolatzen nor den jakiteaz, nundik heldu den, zoin den haren erlijionea, zergatik aurkitzen den planta hortan... Ez ! Zauritua da, eta premiatsuena haren artatzea da ! Ez da bidetik baztertzen apeza edo lebitarra bezala, bainan zalditik jausten da eta zaurituaz kargu hartzen du. 

Hori da gaur guri dagokigun eginbidea: zaurituetaz axola hartzea. Ezagutzen ditugu beharbada gure inguruan presuna edo familia "zaurituak". Proposatzen duguna da familia haueri eta beraien egoerari buruz begirada berri bat ekartzea, enpatiaz eta urrikiz eginiko begirada. Dena hortarik hasten da, norberaren jarrera aldatzeatik. Eta gero, beharbada, zauritu horiekin ikus ginezake, elgarrekin, zer artaketa beharra duten, nahi balin badute bistan da. 

Galdera hau egin behar diogu gure buruari: ez ote gira soraioak edo axolagabeak agertu (edo agertzen), ez ote gira bakarrik batzuen sufrimenduaz axolatuak, besterena ahantziz ? 

Gure aldetik, garbi utzi nahi dugu zauriturik dauden presuna guzien entzuteko prest gaudela, berdin haien lekukotasunak biltzeko, heieri sustengu eta sosegu ekartzeko. 

Jarrera hunek, protagonista zuzenentzat lagungarri izaiteaz gain, gure arteko harremanak ere alda ditzazke: aintzin-iritziak aurtiki, tentsioak jabaldu, hautsi lokarriak ber-lotu... Pentsaera aldatzera, bihotz-berritzera deituak gira. Jarrera aldaketa hau are probetxugarriago izan ditaike bizikidetza berri baten bideratzeko, hau baita, azkenean, orai eta hemen altxatu beharreko erronka nagusia. 

Bururatzeko, eta begiramen hau "euskal problematika" osoari hedatuz, hausnarketa-gai gisa eskaintzen dautzuegu gure egiten dugun Joxe Arregi-ren testo hau: 

"...etzaigu arrotz gelditu behar presoen eta hauen familien oinazea, indarrean dagon legezkotasunaren gainetik, edota kondenazioaren zuzentasunaz edo zuzentasun-ezaz izan dezakegun iritziaren gainetik. Ordu da zibilizazioaren bidean urrats bat gehiago egiteko. Ez naiz bakarrik ari bakea eta bizikidetza bermatzeko presondegi-politikan desiragarriak eta beharrezkoak diren aldaketetaz. Urrunago noa: kaltegilea ikusteko eta presondegia asmatzeko moldeaz ari naiz. Biktimak egin dituzten beste taldeeri dagokionez (orden-indarrak, sasi-poliziak, eskuin muturrekoak), ez du bihi batek kiderik preso, eta ez dugu hauen presondegiratzea eskatu behar: ez du kaltegilearen gaztiguak biktimaren zauria sendatzen, bainan bai ezagupen eta erreparazio sozialak (eta ekonomikoak, beharrez). Aski da ! Haiza dezagun gure baitarik mendeku gosea. Ordu da justizia gaztigatzailetik justizia berriztatzailera pasa gaiten. Presondegia ez dadin gehiago izan gaztigu-toki. Euskal preso batek, ala edozoin presok, nehori gehiago kalterik ez diola egingo segurtamena izanez geroz, presondegitik atera behar du. Español Konstituzioak hori eskatzen du, Zuzenbide filosofiak erakasten du, gizatasunak hortara behartzen du. 

Ez da umiliagarri, presoen partetik, egin kaltea ezagutzea, ez eta ere beren baitarik barkamendu galdegitea. Hau desiratzekoa da, bainan ez ditaike neholaz ere bortxaz edo beharturik ardiets. Biktimen duintasuna ez du presoen libratzeak zikintzen, indarkeriari uko egin diotenetik. Barkamen eskaerak kaltegilea ohoratzen du. Hunen aldeko eskuzabaltasunak biktima goratzen du. Ez ditezela presoak beraien iraganaren preso bihurtu. Ez ditezela biktimak beraien oinazearen preso bihurtu. 

Bihoztun agertzeko ordua da, zauriak hobeki sendatzeko. Bestela, biktimak dira galtzaile, giza eskubideak dira galtzaile, eta bakea ere bai. Aski da jendeak batzuk besteen ganik bereiztea: onak eta gaixtoak, irabazleak eta galtzaileak, gureak eta zuenak. 

Gutarik bakotxa, Samariar onaren idurira, jauts dadila bere zalditik, edota berdin bere proiektu politikotik, guziz zilegia izanik ere. Premiatsuena premiatsu da, hau da zaurituari hurbiltzea, bazterretik iragan gabe, apeza edo lebitarra bezala. Gure begiak enpatiaz bete ditezela eta gure bihotzak urrikiz. 

Ez gira bakean bizitzen ahalko batzuk bertzeak gabe. Guhauren zauriak ez dira sendatzen ahalko, besterenak sendatuak izanen ez diren arte." 


TEMPS DE PRIÈRE À L'ÉGLISE DE CAMBO 26 mars 2014


La démarche d’ATXIK BERRITUZ s'inscrit dans la dynamique d'appropriation du processus de paix par la société civile. Nous considérons, en effet, que la communauté chrétienne, pour autant qu'elle participe de la société civile, a une contribution spécifique à apporter dans l'évolution de ce processus. 

Notre action est totalement indépendante de tout enjeu ou stratégie politiques et elle s’interdit tout jugement moral sur les personnes ou les événements. Nous disons bien sûr l’importance de bien d’autres démarches que la nôtre, démarches politiques, diplomatiques ou autres en faveur du processus de paix. 

Enfin, son champ d'action se limite au territoire d'Iparralde, dont la situation n'a rien de comparable à celle d'Hegoalde. 

Notre action vise à renouer le lien brisé en vue d'abolir la haine instaurée par suite du conflit. C'est ça le sens de la "réconciliation": il serait absurde d’imaginer que les ennemis d'hier puissent tomber aujourd'hui dans les bras les uns des autres. Ce dont il s'agit c'est de travailler à renouer la relation pour évacuer la haine. 

Pour cela, il convient de considérer d'abord et avant tout les personnes, les individus, La Personne; et ceci dans une approche que nous souhaitons la plus "équilibrée" et équitable possible auprès des différents protagonistes du conflit. Magalie Besse le rappelait dans son exposé lors de la deuxième soirée: "la dissymétrie de la reconnaissance des souffrances vécues est ainsi fréquemment dénoncée et perçue comme une marque de mépris et une injustice intolérables." 

La souffrance est au delà de toute couleur politique, et aucune souffrance ne doit nous être étrangère. "Chaque histoire de souffrance est unique et sacrée, et chacune mérite reconnaissance et attention comme si elle était unique", écrivait récemment le théologien basque Joxe Arregi. 

Ecouter et entendre la souffrance, et peu à peu les motivations des protagonistes. Notre courte expérience nous enseigne que dès l'instant où on met les personnes en présence il se passe quelque chose. "Au delà des mots, il y a aussi les regards" disait l'un des intervenants à la deuxième soirée. 

Notre rôle est donc de créer, par l'accueil et l'écoute, les conditions du rapprochement et du dialogue, encore une fois abstraction faite de toute appréciation morale ou politique, en ne perdant pas de vue que l'enjeu est la reconstruction des personnes et leur réhabilitation dans leur dignité de personne. 

La bonne attitude c'est celle du Samaritain: il voit un blessé au bord de la route. Il ne se pose pas la question de savoir qui il est, d'où il vient, quelle est sa religion, pourquoi il est dans cet état etc... Non ! Il est blessé, l'urgence c'est de le soigner ! Il ne fait pas de détour comme le prêtre ou le lévite, il descend de sa monture et prend en charge le blessé. 

C'est là la tâche qui nous revient aujourd'hui: nous pencher sur les blessés. Nous connaissons peut-être autour de nous des personnes, des familles "blessées". Ce que nous proposons c'est d'abord de porter un regard nouveau sur ces personnes et leurs situations, un regard fait d'empathie et de miséricorde. Tout commence par là, par le changement d'attitude individuelle. Et ensuite, peut-être, de voir ensemble avec ces blessés quels soins peuvent être envisagés, si bien sûr ils le souhaitent. 

Posons-nous la question: n'avons-nous pas péché (ne péchons-nous pas) par insensibilité ou indifférence, ou n'avons-nous pas été (ne sommes-nous pas) seulement sensibles à la souffrance des uns en ignorant celle des autres ? 

Pour notre part, nous voulons clairement signifier notre disponibilité pour écouter toutes personnes blessées, recueillir leurs témoignages, leur apporter apaisement et réconfort. 

Cette attitude, au-delà du soutien apporté aux protagonistes directs, est aussi de nature à modifier les rapports entre nous: faire tomber les préjugés existants, apaiser les tensions établies, renouer des liens rompus... C'est donc à un changement de mentalité, à une "conversion", que nous sommes invités. Cette évolution dans les comportements ne pourra que favoriser l'instauration d'un nouveau vivre-ensemble, qui est en définitive le défi majeur auquel nous devons répondre ici et maintenant. 

En conclusion, et en élargissant cette acception à l'ensemble de ce que l'on appelle "la problématique basque", nous livrons à votre réflexion ce texte récent de Joxe Arregi, que nous faisons nôtre: 

"...ne doit pas nous être étrangère la douleur des prisonniers et de leurs familles, au-delà de la légalité en vigueur, au-delà même de notre jugement sur la justice ou l’injustice de la condamnation. Il est temps de franchir un pas dans la civilisation. Je ne parle pas seulement de certains changements dans la politique pénitentiaire, souhaitables et même indispensables pour garantir la paix et le vivre-ensemble. Je vais plus loin : je me réfère à la façon de considérer le malfaiteur et de concevoir la prison. Quant aux autres groupes ayant provoqué des victimes (les forces de l’ordre, les para-policiers, l’extrême droite), aucun parmi eux n’a de membres emprisonnés, et nous ne devons pas demander qu’ils le soient : ce n’est pas le châtiment du responsable qui guérit la blessure de la victime, mais la reconnaissance et la réparation sociale (et économique, si nécessaire). Cela suffit. Extirpons de nous le désir de vengeance. Il est temps de passer de la justice punitive à la justice restauratrice. Que la prison ne soit plus le lieu de la punition. S’il existe des garanties qu’un prisonnier d’ETA ou n’importe quel détenu n’attentera plus contre personne, il doit sortir de prison. La Constitution espagnole l’exige, la philosophie du Droit l’apprend, l’humanité l’impose. 

Il n’est pas humiliant pour les incarcérés de reconnaître le mal infligé ni, même, la demande de pardon, volontaire et non imposée, non exigible, mais souhaitable. La dignité des victimes n’est pas bafouée par la libération des incarcérés, une fois qu’ils ont renoncé à la violence. La demande de pardon honore l’auteur du mal. La générosité envers celui-ci grandit la victime. Que les emprisonnés ne deviennent pas prisonniers de leur passé. Que les victimes ne se transforment pas en prisonnières de leur douleur. 

Il est temps d’être généreux, pour mieux réparer tous les maux. Dans le cas contraire, les victimes sont perdantes, les droits humains sont perdants, ainsi que la paix. Arrêtons de diviser les gens entre les bons et les méchants, entre les vainqueurs et les vaincus, entre les nôtres et les vôtres. Que chacun d’entre nous, comme le bon Samaritain de l’évangile, descende de sa monture, de son idéologie et même de son projet politique, si légitime soit-il. Ce qui est premier est premier. Que nous nous approchions du blessé, sans faire un détour comme le prêtre et le lévite. Que nos yeux s’emplissent d’empathie et notre cœur de miséricorde. 

Nous ne pourrons pas vivre en paix les uns sans les autres. Nos blessures ne guériront pas tant que ne seront pas guéries celles des autres.“ 

Table ronde du 23 janvier 2014 diffusée sur Radio Lapurdi Irratia

Ecouter la table ronde du 23 janvier 2014 diffusée sur Radio Lapurdi Irratia avec Sabine Cory, Marie-Jeanne Lascaray, Jeanne Lestrade, Graxi Solorzano, Jean-Pierre Marin, le Père Marcel Etchehandy et le Père Joachim Jauregui.



"Bakea kantuz eta otoiztuz" Belokeko frailetxean 2013ko Azaroaren 11an - "Chanter et prier pour la paix" le 10 novembre 2013 à l'Abbaye de Belloc




BAKEAREN ALDE EUSKAL HERRIAN 
BELOKE 2013-XI-10

POUR LA PAIX AU PAYS BASQUE – ABBAYE DE BELLOC 10 NOVEMBRE 2013


Mot d'accueil du Père abbé de Belloc : Jacques Damestoy.

Ongi etorri deneri ! Bienvenue à vous tous !
Les frères de la communauté sont heureux de vous accueillir dans l’église du monastère pour ce temps de recueillement et de prière en faveur de la Paix.
La Paix : unissons-nous pour la chercher ensemble, pour la demander ensemble, pour l’accueillir en nos cœurs et devenir ainsi aptes à la rayonner, à la diffuser, à la promouvoir, chacun selon notre vocation, au plus près de nous, dans nos familles, dans nos villages, dans nos quartiers, dans notre région. En nous faisant artisans de Paix chez nous, nous contribuons à la venue de la Paix dans le monde.
Le Père Christian de CHERGÉ, prieur du monastère de Tibbirhine, estimait que cinq piliers soutenaient la paix : Patience, Pauvreté, Présence, Prière, Pardon. Et il ajoutait : « la paix est d’abord un don de Dieu. Elle nous est donnée. Ne disons pas qu’elle n’existe pas, elle est là. Il faut simplement la faire émerger. » Il faudrait ajouter, avec la Bible, la justice. Ce que le Père de CHERGÉ n’oubliait pas ; une autre fois, en citant Jean-Paul II, il déclarait : « le dialogue repose sur la confiance, et la confiance présuppose non seulement la justice, mais la miséricorde. »
Amis de la Paix, chercheurs de la Paix, artisans de la Paix, accueillons la Paix en cet après-midi de méditation, de louange et d’intercession. Permettons à la Paix de se frayer un chemin en nous, de traverser nos rancoeurs, nos amertumes, de rejoindre nos aspirations à la solidarité et à la fraternité. Permettons à la Paix de prendre ainsi un peu plus racine en nous, afin qu’elle fructifie dans nos relations et plus loin encore. Ouvrons-nous ensemble à l’Esprit de Celui qui, au moment de quitter ses amis, leur confiait : « je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde la donne. »
Kristoren bakea beti zuekin !

Mot d’accueil par « ATXIK BERRITUZ »

ATXIK BERRITUZ Kolektiboa sortu zen 2012ko azaroan, Aiete-ko Konferentziaren urteburukari, Konferentziak eta ETA erakundeak hartu erabaki historioak bakeari zabaldu bideari jarraipen bat emaiteko gogoarekin.

Kolektibo huntan barne dira lehenagotik lanean ari diren elkarte edo lan-talde batzu, hala nola « Fedea eta Kultura », « Fededunak », « Herriarekin » apez taldea, « Presoekin Elkartasunez », CMR-Herri Ekintza, Baionako Sainte-Croix auzoko « Erlijio arteko elkarrizketa » taldeko kide zonbait, ACO-Ekintza Katolikoko Langile adarra...

Gure agiri fundatzailean hauxe genion : « Premiazkoa zaigu sinesdun guziek Bakearen aldeko beren lehiakortasuna ekimen zehatz batzuen bidez adieraztea, bai eta ere gizarte zibilak egiten dituen ahaleginekin bat egiteko nahikundea agertzea. » Dei hau ehun bat presunek sinatu zuten, hauen artean Marc Aillet eta Jacques Gaillot apezpikuek.

Bide hortarik joaz, hiru topaketa antolatzeko ekimena hartu dugu.

Lehena iragan da joanden apirilaren 11an Baionako Elizbarruti Etxean. 70 bat presuna bildu dira. « Barrura begiratzeko leihoak » dokumentala ikuskatu dugu : hor agertzen dira, beraien herriko egoerari loturiko arrazoi batzuengatik, atxilotuak izan diren bost presoren lekukotasunak. Elkarrizketa bat sortu da partehartzaileen artean. Batzuek familia zonbaiten egoera larria azpimarratu dute, presoen urrutiratzearen eta hauen kartzelatze baldintzen ondorioz. Topaketa otoitzalditxo batekin bururatu da.

Bigarrena iragan da maiatzaren 16an, berriz ere Elizbarruti Etxean. 80 bat presuna bildu dira. Topaketa horren helburua zen « Euskal katazkaren biktima orori hitza » emaitea. Hitzaldi mamitsu bat eskaini du lehenik Magalie Besse andereak (Varenne Unibertsitate Institutuko Zuzendaria), katazkaren konponketaren erronkak eta baldintzak agertuz. Ondotik, 1991an IPARRETARRAK erakundeak burutu atentatu batean zehar-biktima izan den nexkato (11 urte zituen orduan – bere osotasun fisikoan ez da zauritua izan) baten gurasoek beren lekukotasuna eman dute. Leherketa jasan zuen etxearen jabeak bere baitarik hartu du hitza, bere burua « biluziz » (bere hitza da), eta, zuzenki mintzatuz hor aurkitzen ziren IK-ko militante ohi batzuei, eskaini diete zuzenki eta pertsonalki elgar-mintzatzea. IK-ko bi militante ohik hitza hartu dute eta beren lekukotasuna eman.
Gelan aurkitzen ziren presunak guziz hunkituak gelditu dira lekukotasun eta solas- trukaketa (arras adeitsuak) hoiek zakarten emozio eta indarrarekin. Hitza hartu dutenek, beren aldetik, eskertu dute, beraien baitan « idatzirik » gelditzen diren gertakarien aipatzeko emana izan zaioten aukera.
Azkenik, Maritxu Paulus-Basurco abokatuak, adibide ugari emanez, agertu du presoen eta hauen familien sufrimendua.
Gaualdia bururatu da otoitzaldi batekin, Athenagoras Patriarkaren testo bat irakurriz eta Muskoako Amari Euskal Herriko bakearen alde berrikitan idatzi kantu bat kantatuz.

Hirugarren topaketa, gaurkoa da, eta bi zatitan iraganen da :
       lehen zatian, Bakeari buruzko olerki eta kantuak irakurri eta kantatuko ditugu ; eta Juan Maria Uriarte, Donostiako Gotzain emeritoak, eskainiko dauku bere mezua,
       bigarren zatian, bezperak euskaraz kantatuko ditugu.

Topaketa hauen helburu nagusia da sufrimenduaren adieraz-guneak eta entzun- guneak sortzea. Ororen sufrimenduarena, niholako bereizketarik gabe, giza presunaren eskubideen urraketaren ondorioa denaz geroz. Hemen gogoan ditugu biktima guziak, gure idazki-fundatzailean diogun bezala : « ETA erakunde armatuaren biktimak, IPARRETARRAK erakundearenak, sasi-polizia taldeenak eta Estado terrorismoa deitu beharko litaikearenak. » Helburua da antagonistak elgarren artean hitzegitera heltzea, gizarte osoa izan dadin giza-eskubideen eta herri-eskubideen errespetuan oinarrituriko bakearen eragile. Bake bidean urrats garrantzitsua eman du Europako Giza Eskubideen Auzitegiak Parot doktrina behin betikotz deuseztatuz eta beraien presondegi denbora bete duten presoen askapena ahalbidetuz.

Topaketa hauen helburua da ere, bidean dagon Bake Prozesuari kristau komunitateak bere berariazko ekarpena egitea. Bere eginkizunean dago hitz eta entzun-guneak, berdin elkarrizketa-guneak sortzen dituenean, bere baitan entzulego abegitsua, adeitsua edota urrikitsua mobilizatzen duenean. Katazka armatuak ideki zauriak bizi-bizirik daude : hauek arta handiz eta eztitasun ainitzez artatu beharrak dira. Hortarako lehen urratsa da aldi berean presunak eta iragana bestelako begirada batez begiratzea : hori da, gure hizkuntzan, bihozberritzea deitzen duguna.

Azkenean, erronka da elkarrizketaren bidez bizikidetza berri bat gauzatzea. Badakigu bidea luzea eta trabaz josia egongo dela, bainan, denen gainetik, sinesten dugu. Aldi berean, argi daukagu garai historiko bat bizi dugula eta bizitzera deituak girela, eta eraikuntza hortan garrez eta konfiantzaz parte hartu nahi dugu. Ez ote da hori Ebanjelioa bizitzera deituak giren moldea, orai eta hemen ?

Le Collectif de chrétiens en Pays Basque «   ATXIK BERRITUZ   » [Tenir en (se) renouvelant] a été créé en novembre 2012, à la faveur de l'anniversaire de la Conférence d'Aiete, avec la volonté de s'engager dans le chemin de la paix ouvert par la Conférence et la décision historique de l'ETA d'abandonner la lutte armée.
Font partie de ce Collectif des associations ou groupes de travail déjà existants et à l’œuvre, tels que « Fedea eta Kultura », « Fededunak », le groupe de prêtres « Herriarekin », « Presoekin elkartasunez », le CMR (Chrétiens dans le Monde Rural), certains membres du « Groupe de dialogue inter-religieux » de Bayonne Sainte-Croix et de l'ACO (Action Catholique Ouvrière)...
Dans notre document fondateur, nous disions « l'urgence d'initiatives à prendre pour manifester l'engagement de tous les croyants en faveur de la Paix au Pays Basque et leur volonté de rejoindre tous les efforts en cours dans la société civile. » Ce document a été signé par plus d'une centaine de personnes, parmi lesquelles Mgr Marc Aillet et  Mgr Jacques Gaillot.

C'est dans cet esprit que nous avons pris l'initiative d'organiser trois rencontres.

La première a eu lieu le jeudi 11 avril à la Maison Diocésaine de Bayonne. Elle a rassemblé environ 70 personnes. Nous avons visionné le documentaire « Fenêtres sur intérieur » dressant le portrait de cinq Basques et Basquaises emprisonnés pour des raisons liées à la problématique de leur pays. S'en est suivi un échange entre les participants. Certains ont fait part de situations familiales douloureuses, dues notamment à l'éloignement des prisonnier(e)s et à leurs conditions d'incarcération. La soirée s'est achevée par un temps de prière.

La deuxième soirée s'est déroulée le jeudi 16 mai, toujours à la Maison Diocésaine. Environ 80 personnes étaient présentes. L'objet de la soirée était de donner « la parole aux diverses victimes du conflit basque ». Après un brillant exposé de Magalie Besse (Directrice de l'Institut Universitaire Varenne) situant l'enjeu et les conditions d'une résolution de conflit, les parents d'une jeune fille indirectement victime (11 ans à l'époque des faits en 1991 – non atteinte dans son intégrité physique) d'un attentat d'IPARRETARRAK ont accepté d'apporter leur témoignage avec beaucoup de dignité et d'humanité. Le propriétaire de la maison  ayant subi l'explosion, a ensuite spontanément pris la parole en «   se mettant à nu   » (selon son expression) et, s'adressant directement à d'anciens militants d'IK présents aussi dans la salle, leur a fait la proposition d'une rencontre directe et personnelle. Deux anciens membres d'IK se sont exprimé et ont donné leur témoignage.
 Les personnes présentes dans la salle ont été extrêmement touchées par l'émotion et l'intensité de ces témoignages et de ces échanges, par ailleurs très respectueux. Tous les intervenants ont exprimé leurs remerciements pour l'opportunité qui leur a été donnée de parler de ces faits qui restent inscrits en eux.
Enfin, l'avocate Maritxu Paulus-Basurco a fait part, en s'appuyant sur plusieurs exemples concrets, de la souffrance des prisonnier(e)s et de leurs familles.
La soirée s'est terminée par un temps de prière avec la lecture commune d'un texte écrit par Mgr Athénagoras et un chant de création récente à Notre Dame de Muskoa, en faveur de la paix au Pays Basque.

La troisième rencontre a lieu ce dimanche 10 novembre à Belloc et se déroulera en deux parties   :
       chants, poèmes sur la Paix, intervention de Mgr Uriarte (évêque émérite de Saint-Sébastien),
       puis vêpres chantées en basque.
 
L'objet de ces rencontres est, avant tout, de créer des lieux à la fois d'expression et d'écoute de la souffrance. De toutes les souffrances, sans aucune exclusion, à partir du moment où elles sont la conséquence d'une violation des droits de la personne humaine. Et ici nous incluons toutes les victimes, comme nous le disions dans notre document-fondateur : "les victimes de la violence armée d'ETA, d'IPARRETARRAK, des groupes para-militaires et de ce qu'il faudrait appeler le terrorisme d'Etat". Et ceci dans le but que les antagonistes se parlent et que la société dans son ensemble soit acteur d'une paix fondée sur le respect des droits de l'Homme et des Peuples. Un pas important à été franchi sur le chemin de la paix avec la décision de la Cour Européenne des Droits de l'Homme qui proclame l'arrêt définitif de la doctrine Parot et ordonne de ce fait la mise en liberté de celles et ceux qui ont accompli leur temps de prison.

L'objectif de ces rencontres est aussi de faire que la communauté chrétienne apporte sa contribution spécifique au processus de Paix qui est en cours. Elle est dans son rôle lorsqu'elle crée des lieux de parole, d'écoute et d'échanges, et qu'elle mobilise en son sein un auditoire à la fois accueillant, bienveillant et compatissant. Les plaies ouvertes par le conflit armé sont à vif   : il convient de les traiter et de les soigner avec une extrême délicatesse et une extrême attention. La première démarche dans ce sens est sans doute de changer notre regard à la fois sur les personnes et sur le passé: c'est ce que nous appelons dans notre langage la conversion.

En définitive, l'enjeu (ou le défi) est de créer un nouveau vivre-ensemble par le dialogue. Nous savons que la route sera longue et semée d’embûches, mais nous y croyons.  En même temps, nous sommes convaincus que nous vivons et sommes appelés à vivre une période historique et nous voulons prendre part à cette construction avec enthousiasme et confiance. N'est-ce pas là la manière dont nous sommes appelés à vivre l’Évangile ici et maintenant ?


Kantua : « BAKE MINA »
Hitzak: Peio Ospital - Musika: Irlandar herrikoia

Gizadiak maite-mina,
Izadiak arreta-mina,
Etorkinak herri-mina,
Herri hunek bake-mina.

Laborari ta langile,
Sinestedun ta bilatzaile,
Bidez-bide, kalez-kale,
Izan gaiten bakegile.

Zatiketak etsipena,
Elkarketak itxaropena,
Gorrotoak pairamena,
Barkamenak askapena.

Solasbide, elkarbide,
Maitabide ta askabide,
Zuzenbide, bakebide,
Oro dire zorionbide.

LE MAL DE PAIX…
L'humanité est en mal d'amour,
la nature en mal de soin,
l'immigré a le mal du pays,
ce (notre) pays est en mal de paix.

Paysans et ouvriers,
croyants ou en recherche,
par nos routes et nos rues,
soyons des artisans de paix.

La division génère le découragement,
tandis que l'union est porteuse d'espérance;
la haine engendre la souffrance,
tandis que le pardon est libérateur.

Les voies du dialogue, du rapprochement,
de l'amour, de la libération,
de la justice et de la paix
sont toutes des voies de bonheur.


Olerki : « Ez da nahikoa zure bakea »

Ez da nahikoa zure bakea
ez da nahikoa nirea.

Ez da nahikoa nire bakea
ez da nahikoa zurea.

Elkar ditzagun geure bakeok

banan ditugun bakeak,

elkar ditzagun partidu eta
siglen arteko aleak,

merezi du-ta bake guztiez
bake-ore bat ontzeak,

bake-ore ta bake bereko
ogi beretik jateak,

bakeen bakeaz ase ditzagun
bake egarri-goseak.

Bittoriano Gandiaga

Ta paix ne suffit pas
pas plus que la mienne.

Ma paix ne suffit pas
pas plus que la tienne.

Unissons nos paix
nos paix respectives,

Unissons les grains de paix
parsemés entre partis et sigles,

car cela vaut le coup, à partir des différentes paix,
que nous composions une même pâte de paix,

que nous mangions du même pain
fait de la même pâte de paix,

que par la paix des différentes paix
nous assouvissions notre faim et soif de paix.

Kantua : EUSKAL SEMEA KRISTOK T.16
Iratzeder (1979) / X. Berterretche, Mikel Erramouspé, Jean Larrieu (1987).

     Le Christ a aimé les enfants basques autant que les autres.
1/ Euskal semea Kristok hiltzeraino zaitu
Bertze jendeak oro bezenbat maitatu,
Noiz behar ote dute guziek onartu
Euskaldun izaitea ez dela bekatu.
     Ne succombe pas au découragement ou à la haine.
2/ Zuhaur ezin izanez ez otoi etsitu
Ez eta egin herraz tu egileari tu
Gorrotoak bihotza barnez hiltzen baitu
Laidoen gatik ere indartsu agertu.
     Dieu notre Père, donne aux Basques force et foi divines.
3/ Jende guzien Aita bai eta gurea,
Euskal semean ikus Kristoren eitea,
Gaur ez dezon herrak hil barnetik barnea
Emozu goiko indar, goiko sinestea.
     Que l'étoile divine chasse de nous la haine.
4/ Jaunaren eguneko goizeko izarra
Noiz gutan ote zauku argitu beharra ?
Harekin baitukegu Kristoren indarra,
Fedeaz igortzeko bihotzetik herra.
     Que la foi conduise tous les enfants basques au Pays éternel.
5/ Gizonetan izarrak, zer fede dirdira !
Ai, horrek sustatuak guziak balira !
Euskal semeak oro, zerurat begira,
Minez min hel ditela betiko Herrira.


Olerki: « SINESTEN DUT BAKEA »

SINESTEN DUT BAKEA
Ez ezarria
bai onartua ;
ez behartua,
bai eskainia ;
ez agindua,
bai emana ;
ez kanpo-obligazioa,
bai barne-erabakia ;
nihoiz burutu gabea,
baina betirako eraikia ;
ez debekatua,
bai aldarrikatua ;
urteroko uztarik gabe,
baina itxaropenez bildutako fruituekin.
Sinesten dut bakea :
ez boterez irabazia,
bai otoitzean bilatu eta ospatua.

Broze Vuleta, Kroazia.

Je crois en la Paix

Non pas imposée mais acceptée ;
non pas exigée mais offerte ;
non pas ordonnée mais accordée ;
qui n'est pas une obligation extérieure
mais une décision intérieure ;
jamais aboutie mais construite à jamais ;
non pas interdite mais proclamée ;
ne portant pas de moisson annuelle
mais s'ajoutant aux fruits cueillis avec espérance.
Je crois en la Paix :
non pas conquise par pouvoir
mais recherchée et célébrée dans la prière.

Broze Vuleta, Croatie.


Kantua : BIZI GUZIAN
Hitzak : X.Iratzeder - Musika : P.Solorzano.

     Seigneur, notre vie durant nous poursuivons ta quête.
Bizi guzian gabiltza
Noiz ikus, noiz mintza.
Bizi guzian gabiltza
Noiz Jauna zu goza.
   
    Montagnes et mers chantent ta puissance et ta beauté.
1/ Mendiek diote
Zuk duzun indarra,
Itsaso uhainek
Zoin zaren ederra.
    Les étoiles révèlent ton éclat, comme le cœur des parents les battements du cœur.
2/ Izarrek diote
Zuk duzun dirdira,
Aitamen bihotzek
Bihotzen pilpira.
    Les fleurs disent le sourire des anges ; les yeux purs des enfants, la lumière des cieux.
3/ Loreek diote
Goikoen irria,
Haur-begi garbiek
Zeruko argia.
     Les chants disent la joie qui t'habite, combien tu es le cœur des cœurs.
4/ Kantuek diote
Zu baitan den poza,
Eta zu zoin zaren
Bihotzen bihotza.


Messages de Jean-Paul II et Mgr Marc Aillet sur la paix


« Il n'y a pas de paix sans justice, il n'y a pas de justice sans pardon : voilà ce que je veux rappeler à ceux qui ont entre leurs mains le sort des communautés humaines, afin qu'ils se laissent toujours guider, dans les choix graves et difficiles qu'ils doivent faire, par la lumière du bien véritable de l'homme, dans la perspective du bien commun ».
Bienheureux Jean-Paul II – Message pour la Journée mondiale de la Paix du 1er janvier 2002.

« Parce-que ‘la paix est le fruit de la justice’ (Isaïe 32, 17), l’arrêt des violences ne suffira pas à en garantir les conditions durables : il faudra des gestes forts de pardon et de réconciliation qui passeront par le dialogue, mais aussi, par la dissolution d’ETA et la prise en compte de la situation des prisonniers politiques. J’invite donc les chrétiens à prier et à agir pour qu’une telle paix puisse enfin prévaloir au Pays Basque, comme dans tous les pays actuellement déchirés par la guerre ».
Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, « Un espoir de paix » communiqué du 24 octobre 2011.


« BAKEAREN URTXOA » (instrumental)

























Elkarrizketarik gabe, bakerik ez.

2013-08-22   Osservatore Romano

Ezin da bakerik eraiki xamurtasunean oinarrituriko elkarrizketarik gabe : hau da Frantses Aita Sainduak agorrilaren 21eko topaketan japoniar ikastegi bateko ikasle eta erakasleei zuzendu mezua.

« Gerla guziak, borroka guziak, behaztopabide diren konpondu gabeko arazo guziak – azpimarratu du Aita Sainduak – elkarrizketa-ezaren ondorioak dira ». Orduan, « arazo bat gertatzen denean », egoki da elkarrizketa erabiltzea : « hunek du bakea sortarazten ».

Japoniar gazteen artean, Aita Sainduak gain-gainetik azpimarratu du « beste hainbat presuna, beste hainbat kultura » ezagutzearen garrantzia : « ontarazten gaituen » esperientzia da. Alabaina, « gure baitan bakarturik gelditzen bagira – zioen – daukagunarekin xoilik gelditzen gira, ezin gira hazi arlo kulturalean ; aldiz, beste hainbat presuneri, kultureri, pentsatzeko molderi, erlijioneri hurbiltzen bagira, gure baitarik ateratzen gira eta « elkarrizketa » izena duen abentura ezin ederragoa abiatzen dugu ». Bainan elkarrizketak ez du ez hetsierarik ez gatazkarik onesten, zeren « elkarrizketa erabiltzen dugu elgar topatzeko eta ez mokokatzeko ».

Azkenik, ikuspegi hortarik joaz, Aita Sainduak handietsi du « xamurtasuna, bake bidez presunekin eta kulturekin topo egiteko gaitasuna ; zentzuzko galderak egiteko gaitasuna : « Bainan zergatik hau pentsatzen duzu ? Zergatik kultura horrek hori egiten du ? » Besteak entzun, eta gero hitzegin. Hori guzia da xamurtasuna ».

Il n'y a pas de paix sans dialogue

2013-08-22 L’Osservatore Romano

On ne peut construire la paix sans le dialogue fondé sur la douceur: c'est ce qu'a dit le Pape François en rencontrant dans la matinée du mercredi 21 août, dans la cour Saint-Damase, un groupe d'étudiants et de professeurs du collège japonais Seibu Gauken Bunri Junior High School de Tokyo.

« Toutes les guerres, toutes les luttes, tous les problèmes non résolus que nous affrontons – a souligné le Pape – sont dus à l'absence de dialogue ». Et alors, « lorsqu'il y a un problème », il est opportun d'avoir recours « au dialogue: c'est lui qui crée la paix ».

Avec les jeunes japonais, le Pape a souligné surtout l'importance de « connaître d'autres personnes, d'autres cultures »: c'est une expérience qui « nous fait mûrir ». En effet, « si nous restons isolés en nous-mêmes – a-t-il expliqué – nous n'avons que ce nous possédons, nous ne pouvons pas croître sur le plan culturel; en revanche, si nous allons à la rencontre d'autres personnes, d'autres cultures, d'autres façons de penser, d'autres religions, nous sortons de nous-mêmes et nous commençons cette aventure si belle qui s'appelle "dialogue" ». Mais le dialogue, a averti le Pape, ne prévoit pas de fermetures ni de conflits, « parce que nous dialoguons pour nous rencontrer, pas pour nous quereller ».

Et dans cette perspective, a conclu le Pape François, telle est l'importance de la « douceur, la capacité de rencontrer les personnes, de rencontrer les cultures, avec paix; la capacité de poser des questions intelligentes: "Mais pourquoi penses-tu ceci? Pourquoi cette culture fait cela?". Ecouter les autres, puis parler. D'abord écouter, puis parler. Tout cela est la douceur ».


Poème : Je n'ai plus peur de rien 

La guerre la plus dure c'est la guerre contre
soi-même. Il faut arriver à se désarmer
J'ai mené cette guerre pendant des années,
elle a été terrible. Mais je suis désarmé.

Je n'ai plus peur de rien, car l'amour chasse la peur.
Je suis désarmé de la volonté d'avoir raison,
de me justifier en disqualifiant les autres.  
Je ne suis plus sur mes gardes, jalousement
crispé sur mes richesses.

J'accueille et je partage. Je ne tiens pas
particulièrement à mes idées, à mes projets.
Si l'on m'en présente de meilleurs, ou plutôt non,
pas meilleurs, mais bons, j'accepte sans regrets.
J'ai renoncé au comparatif. Ce qui est bon,
vrai, réel, est toujours pour moi le meilleur.

C'est pourquoi je n'ai plus peur.
Quand on n'a plus rien, on n'a plus peur.
Si l'on se désarme, si l'on se dépossède, si l'on s'ouvre
au Dieu-Homme qui fait toutes choses nouvelles
Alors, Lui efface le mauvais passé
et nous rend un temps neuf où tout est possible.

Athénagoras Ier de Constantinople (1886-1972),
patriarche de Constantinople de 1948 à 1972.

Kantua : « Muskoako Ama »

Ama Maria Euskal Herria
Bake bidean da abia.
Iheslariak presoak ere
Izan ditela laster libre.

Urrikal zaite gure beharrez
Orroit zaite gure haurrez
Gure bizitzak bete ditzagun
Esperantzaz ta maitasunez.

Ama Maria gu denen Ama
Ezti zazu biktimen zama
Jakin dezagun elgar bizitzen
Herri berri bat eraikitzen.

Urrikal zaite gure beharrez
Orroit zaite gure haurrez
Gure bizitzak bete ditzagun
Esperantzaz ta maitasunez.
Ama Maria !

Marie notre Mère le Pays Basque
Marche sur un chemin de Paix.
Que les réfugiés et les prisonniers
Soient bientôt libérés.

Prends pitié de nos besoins
Souviens-toi de nos enfants
Que nous remplissions nos vies
D’espérance et d’amour.

Marie notre Mère à tous
Adoucit le fardeau des victimes.
Que nous apprenions à vivre ensemble
A construire un nouveau Peuple.

Prends pitié de nos besoins
Souviens-toi de nos enfants
Que nous remplissions nos vies
D’espérance et d’amour.
Marie notre Mère !



ADISKIDETZEA, JAINKOAREN DOHAINA ETA ELIZAREN ZEREGINA


I. SARRERA
Senide maiteok:
Adiskidetzearen alde otoitz eta kantu egiteko elkartu gara Belokeko abadia honetan. Sinesmen berak, herrikidetasun berak eta ardura berak egiten nau zuokin bat. Guztion otoitza berotzeko eta zuon ekintza bizkortzeko etorri naiz zuen artera. Bakearen eta adiskidetzearen aldeko lanak badu garai honetan gure otoitz eta ekintzaren beharrizana. Aspaldi honetan, bakearen aldeko urratsak geldotu egin zaizkigu. Blokeatuta gaudela dirudi. Ez dugu ikusten aurrerapauso nabarmenik ez ETAren aldetik ez Gobernuaren aldetik. Bake osoa lortzen ez bada, adiskidetzeak ez dauka etorkizun handirik. Bakea lortuta ere, beharrezkoa dugu adiskidetze, bera baita bakearen muina eta mamia.
Adiskidetzeak alderdi asko ditu. Antropologia, etika, elizaren pentsaera eta zeregina, gizartearen eta bakoitzaren eginkizunak, beharrezko jarrerak eta estrategiak izango lirateke alderdi batzuek. Zuen asmoa gaur, nire zorionerako, apalagoa da: sinesmenaren arabera bizpahiru jarrera aurkeztea. Honetarako Pauloren esaldi sakon eta aberats batzuek azalduko dizkizuet, haietatik otoitzerako eta lanerako ondorio batzuk erauziz (ateratuz).


II.                 PAULO APOSTOLUAREN MEZUA
Batez ere lau pasartetan agertzen digu Paulo apostoluak adiskidetzeari buruzko gogoeta. Hauek dira textuak: Erm 5,10-12; 2 Kor 5,18-20; Ef 2,11-16; Kol 1,19-22. Nahiz eta hiru testutan batez ere Jainkoarekiko adiskidetasuna nabarmendu, lau atal hauek lekuko elizkideen artean zeuden gorabehera eta istiluei (kalapitei) erantzun bat emateko idatziak dira. Hari-harira datozkigu, beraz. Testuon mezua bost esalditan laburbildu daiteke.

  Jainkoa da adiskidetasunaren iturburua
Lau pasarteotan agertzen zaigu adierazpen hau. Jainkoa da adiskidetzea sortarazten duena.
Baieztapen hau benetan bakarra da erlijioen historian zehar. Greziarren jainkoak gizon-emakumeengandik urruti bizi ziran. Haiekin bakeak egitea ezinezkoa zen. Haien haserrea nolabait baretzea nahiko eta lar (sobera) zen gizakumeentzat. Erromatarren erlijioan, beste horrenbeste. Pauloren ikuspegian, alderantziz, Jaikoa ez da gizon-emakumeen ahaleginez baretu beharreko Norbait. Berak aurrea hartzen digu bere adiskidetzea eskainiaz, bere errukiak eraginda.
Adierazpen hau benetan aipagarria eta irakasgarria da guretzat. Guk adiskidetzea sortzeko ekimen bati hasiera ematen diogunean, Bera, Jainkoa dabilkigu aurretik, nahiz eta gu konturatu ez. Gure ekintzarekin, bere Ekintza bideratu besterik ez dugu egiten. Bera dago gure ekimenen bihotz-bihotzean. Gure ahaleginetan, barneratu eta bizi egin behar dugu hau. Kristauontzat, beste ikasgai bat ere badago hemen. Nahiz eta irainduak izan, erasotzaileagana hurbiltzea bera guregana barkamen eske etorri aurretik, Jainkoaren erara (gisara) jokatzea da. Hona hemen beste ikasgai bikain eta zorrotz bat.

  Adiskidetzearen jatorria eta ardatza Jainkoarekin adiskidetzean daude
Giza adiskidetzearen oinarria, Jainkoarekin adiskidetzean dago. Gizartearen bakea Jainkoarekiko bakearen ondorioa baino ez da. Esaldi hau ere Pauloren lau pasarteotan agertzen da. Kristau adiskidetzea ezinezko gauza bilakatzen da, Jainkoarekin nolabait adiskidetu ezik.
Gure eguneroko esperientziak dio, Jainkoarekiko harremanak nahasturik dabiltzanean, besteekin ditugunak ere laster nahasten direla. Eta alderantziz, gure arteko harremanak nahasiak direnean, Jainkoarekikoak ere nahastu egiten dira. Jainkoarekin bakean gaudenean, ordea, berez-berez sortzen dira gugan (gure baitan) jarrera eta eginkizun adiskidetzaileak.

  Jainkoak Jesukristoren Heriotzaren bidez adiskidetzen gaitu
Jainkoak egindako adiskidetzea ez da minik gabekoa izan, neketsua baizik. Aita Jainkoak dena eman du bakea gauzatzeko: bere Semea gizonen esku utzi du, gurutziltzatu duten gizonen eskuetan. Paulok lau esalditan dio argi eta garbi: „Kristoren heriotzaren bidez“ (Erm 5,10); „Kristogan“ (2Kor 5,19); „Kurutzearen bidez“ (Ef 2,16); „bere odolaren bidez“ (Kol 1,20). Pazko Misterioa da adiskidetzearen giltza eta gertaera nagusia. Hau honela izanik, egin diezaiogun agur neke gabeko adiskidetzeari. Beti da geldoa eta neketsua. Eroapena (pazientzia), pairamena eta bihotz-zabaltasuna eskatzen dizkigu.
Kristoren Nekaldia (Pasionea) agortu ezinezko harrobia dugu adiskidetze lanetan irauteko. Kristau batek akats (huts), oztopo (traba) eta neke horietan Kristoren Nekaldiaren (Pasionearen) gaurkotasuna ikusi eta onartu behar du. Izan ere, Jesukristoren Nekaldia (Pasionea) ez da jarraibide bikain bat soilik. Nekaldi (Pasione) honetatik atera genezake adiskidetzen jarraitzeko sendotasuna, eroapena (pazientzia) eta itxaropena. „Kristoren Nekaldia (Pasionea), indar nazazu“ zioen Loiolako Inaziok. „Kristoren Nekaldia (Pasionea), indar gaitzazu adiskidetzerako ahaleginetan.

  Jainkoaren adiskidetzeak gure artekoa ahalbidetu eta eskatzen du
Adierazpen hau, nahiz eta Pauloren esaldietan ezkutuan (gorderik) egon, miragarriro agertzen zaigu argi eta garbi efesoarrei egindako kartan. Hala dio: „Kristo da gure bakea. Bat egin ditu berak bi herriak (judutarrak eta jentilak), bereizten zituen etsaigoaren hesia deseginez. Bi herriak adiskidetu ditu eta gorputz bakar batean elkartu” (Ef 2,14.16).
Pasarte hau ondo ulertzeko, testuingurua ezagutu behar da. Paulok eta bere laguntzaileek sortzen zituzten komunitateak judutar eta jentilez osotutakoak ziren. Izaeraz eta hezieraz, oso ezberdinak. Elkarren arerioak sekuletan izanak. Nahiz eta guztiok Kristogan sinetsi, ikusiezinak eta desberdintasunak ez ziran erraz ezerezten. Efeson eta beste toki askotan, jentilen kopurua gehitzen zihoan, eta judutarrena urritzen. Egoera honetan gorabeherak eta tirabirak maiz sortzen ziren.
Paulok hau ikusiz, sufritu egiten zuen. „Kristok zuen artean zegoen hesia suntsitu egin du; guztiok zarete hirikideak, Jainkoaren familiakoak, Jainkoaren egoitza“: horixe zen bere mezua.

Pauloren mezua zuzen ulertzeko, gogoan izan behar da Kristok egindako elkarteak ez dituela herri biak urtu edo desegiten. Herri batekoak ez dituzte beste herrikoak irentsi. Batzuek eta besteek beren nortasuna mantentzen dute. Kristoren adiskidetzeak ez elkarrenganako areriotasuna (kontrakotasuna) desegiten du, ez nortasuna. Kristoren adiskidetasunak ez ditu gatazkan zeuden herri biak suntsitzen, baizik eta elkar ikusiezina. Kristau greziarrek ezin ditzakete judutarrak albo (bazter) batera utzi, eta alderantziz. Dupont exegeta ospetsuaren esanetan, Kristoren adiskidetzeak ez zuen aldaketa politikorik sortu, erlijiosoa baizik.
Pasarte hau oso aberatsa da gure egoera zehazteko: zilegi diren ezberdintasunak ez hautsi; ezberdintasuna ez bihurtu hesi; elkarlana eta elkarren estimua jorratu.

  Jainkoak Kristoren bidez eratutako adiskidetzea gizadira eta izadira zabaltzen da
Jesusen heriotzatik datorren adiskidetzearen muina ez da gizon-emakumeengan (emazteen baitan) gelditzen. Munduko izaki guztietara iristen (heltzen) da. Izan ere, gizon-emakumeen erruz (faltaz), mundu honetako gauzak bere senetik (bide onetik) aterata daude, okerreko helburu jarri dizkiegulako edo beraien menpean morroi (esklabo) bilakatu garelako. Jesusek, bere Pazko Misterioaren bidez, gauza guztiak bere lekuan jarri ditu. Munduaren harmonia berreskuratu du. Harmonia horri Paulok berradiskidetzea deitzen dio. Kolosarrei egindako gutunean berradiskidetze honek zabalera handiagoa hartzen du. Kolosarrek uste zuten bazirela gizakiengan eragin handia zuten naturaz gaindiko izakiak. Paulok Jesusen jabetza osoa adierazten du, diren guztien gainetik.
Ezelango (niholako) galga (arrastarik) gabeko manipulazioa eta izadiaren ondasunen neurri gabeko ustiapen (baliapen) edo esplotazioa, Jesusen jabetzaren eta mundu osoaren adiskidetzearen aurkako indarrak dira.

  Jainkoak giza bitartekaritzen bidez adiskidetzen gaitu
Jainkoak egin du bere funtsezko adiskidetzea gurekin. Baina guk hori onartu eta barneratu egin behar dugu, Jainkoaganako jarrera aldatuz eta adiskidetu bezala biziz. Jainkoaren adiskidetzea pasiboki hartzea ez da nahikoa. Goitik behera gure biziera aldatzera bultzatzen gaitu.
Jainkoaren adiskidetzea aldarrikatzeko eta gure erantzun baikor eta eginkorra errazteko, bere izenean adiskidetzea aurkezten diguten mezulariak aukeratu ditu. Korintoarrei egindako kartan, Paulok honela dio: „Hau guztia Jaikoarengandik dator, Kristoren bitartez berekin adiskidetu baikaitu eta adiskidetzeko zerbitzua gure esku utzi du... Kristoren mandatari gara, beraz, eta Jainkoak berak gure bitartez erregutuko balizue bezala da. Kristoren izenean eskatzen dizuegu: egitzazue bakeak Jainkoarekin“.
Adiskidetze zeregin hau ez da ebanjelioaren mezulariena bakarrik. Pauloren pentsaeran, Jainkoak adiskidetutako sinestuna, hartutako adiskidetzearen bitartekari eta mezulari bilakatzen da (Granados exegetaren arabera). Joan Paulo II.ak beste horrenbeste dio. Eta Turner exegetak ere bai: Adiskidetzearen mezua ulertu dugula benetan agertzen dugu, mundu oldartsu honetan adiskidetzea bultzatzen dugun heinean. Mezu hau aditzea eta gauzatzea gauza bera da.   Gizartean eta Elizan adiskidetzaile izatea, adiskidetuen zeregin saihestezina (bazter-ezina) da. Non eta nola bete eginkizun hau, bakoitzak asmatu behar du.

III.               ELIZTARREN ZEREGINA
Pauloren mezua kristau guztientzako dela esan dut. Jainkoarekin, elizarekin eta gizartearekin adiskidetzea kristau guztion zeregina dela esan zaigu.
Eliztarren zeregin hau era askotakoa da: mezu osoa agertzea; Eliza adiskidetu bat eraikitzea; Elizaren eta eliztarron hutsak aitortzea; era guztietako biktimak sendatzea; eukaristia eta aitortza sakramentuaren, indar adiskidetzailea zabaltzea; adiskidetze giroa herrian ereitea; adiskidetzearen alde sutsu eta etengabe otoitz egitea… Hauexek dira Elizaren eta eliztarron zereginik behinenak (premiatsuenak).
Eginkizun hauen artean, bakoitzak aukeratu beharko ditu egokienak eta adiskidetzerako onuragarrienak (probetxugarrienak). Eliz kanta batek dioenez, “orain otoitz eta gero lan”.
Otoitza da sinestunok bake eta adiskidetzearen alde egin dezakegun ekarpenik berariazkoena. Otoitzak baikortasun harro eta ezkortasun etsipengarriaren tartean kokatzen gaitu.
Ez dugu otoitzean dena Jainkoaren esku utzi nahi, gu alferkerian gelditzeko. Otoitz eginez, gure ekintzak ez direla nahiko aitortzen dugu. Otoitz eginez, ekintzan jarraitzeko kemena eta gogoa eskatzen dizkiogu Jesusen Espirituari. Otoitz eginez, gure nahia eta ezina onartzen ditugu. Otoitzak gure itxaropena elikatzen (hazten) du eta gure eroapena (pazientzia) sakontzen. Otoitzak, benetako otoitzak, gure ekintza gehitu, hobetu, eta gure asmamena aberastu egiten du. Otoitza, gure ekintza adiskidetzaileen arnasa zerutarra da.

Juan Maria URIARTE,
Donostiako gotzain emeritua.
Belokeko frailetxean 2013-XI-10.



LA RÉCONCILIATION : DON DE DIEU ET TÂCHE DE L'ÉGLISE

I.                             INTRODUCTION

Frères et sœurs :
Nous nous sommes réunis dans cette Abbaye de Belloc pour prier et chanter en faveur de la Réconciliation. La même foi, la même concitoyenneté, la même préoccupation m'unissent à vous. Je suis venu parmi vous pour réchauffer notre prière commune et renforcer votre action.
L’œuvre de paix et de réconciliation en ces temps nécessite assurément notre prière et notre action. Depuis un certain temps, les démarches dans le sens de la paix marquent le pas. Il semblerait qu'elles soient bloquées. Nous ne voyons pas d'avancée significative ni du côté de l'ETA ni de la part du Gouvernement. Si l'on n'obtient pas la paix totale, la réconciliation n'a que peu d'avenir. Même la paix obtenue, la réconciliation est nécessaire, car elle l'essence et la substance de la paix.

La réconciliation recouvre de multiples facettes. L'anthropologie, l’éthique, la pensée et l’œuvre de l’Église, les devoirs de la société comme de l'individu, les comportements et les stratégies obligés, pourraient être certaines de ces facettes. Votre ambition aujourd'hui, par chance pour moi, est plus modeste : vous proposer quelques attitudes en rapport avec la foi. A cette fin, je vais m'appuyer sur quelques citations profondes et riches de Paul, en tirant certaines conclusions pour la prière et l'action.

II.                 LE MESSAGE DE L'APOTRE PAUL

L'apôtre Paul nous livre sa réflexion sur la réconciliation dans quatre passages principaux. En voici les références : Rm 5, 10-12 ; 2 Co 5, 18-20 ; Ep 2, 11-16 ; Col 1, 19-22. Bien que soit mise principalement en  évidence la réconciliation avec Dieu dans trois textes, les quatre passages ci-dessus ont été écrits en réponse aux différends et conflits existants entre les fidèles des Églises locales. Ils sont donc tout à fait à propos. On peut résumer en cinq points le message de ces textes.

1.   Dieu est la source de toute réconciliation

Dans les quatre passages apparaît cette énonciation : c'est Dieu qui est à l'origine de la réconciliation.
Cette affirmation est assurément unique dans l'histoire des religions. Les dieux des Grecs vivaient loin des hommes et des femmes. Il était impossible de faire la paix avec eux. Hommes et femmes se contentaient amplement de parvenir à apaiser leur courroux. Il en allait de même dans la religion des Romains. Dans la perspective de Paul, en revanche, Dieu n'est pas Quelqu'un que les humains doivent s'efforcer d'apaiser. C'est Lui qui prend les devants en offrant la réconciliation, poussé par sa miséricorde.
Il convient de bien souligner cette déclaration, pleine d'enseignements pour nous. Lorsque nous posons les premiers jalons d'une initiative visant à la réconciliation, Dieu en personne nous précède, sans que nous nous en rendions compte. Par notre action, il ne fait que réaliser son Action à lui. Il est au cœur de nos initiatives. Il nous faut, dans tous nos efforts, approfondir et vivre ce fait.
Pour nous chrétiens, il y a ici encore un autre enseignement. Bien qu'ayant été insulté, nous rapprocher de l’agresseur avant que lui-même ne vienne nous demander pardon, revient à nous y prendre à la manière de Dieu. Voici un autre enseignement, fort et précis.

2. L'origine et l'axe de la réconciliation résident dans la réconciliation avec Dieu

Le fondement de la réconciliation humaine se trouve dans la réconciliation avec Dieu. La paix sociale n'est rien d'autre que la conséquence de la paix avec Dieu. Cette affirmation apparaît aussi dans les quatre passages de Paul. La réconciliation chrétienne devient impossible en dehors de toute réconciliation avec Dieu.
Notre expérience quotidienne nous enseigne que, lorsque nos rapports avec Dieu sont brouillés, nos rapports avec les autres se brouillent aussi rapidement. Et, inversement, lorsque nos rapports mutuels sont brouillés, ceux avec Dieu se brouillent aussi. Lorsque, en revanche, nous sommes en paix avec Dieu, les comportements et agissements réconciliateurs naissent spontanément en nous.

3. Dieu nous réconcilie par la Mort de Jesus-Christ

La réconciliation opérée par Dieu n'a pas été sans mal, elle a été même laborieuse. Dieu le Père a tout donné pour que la paix soit effective : il a laissé son Fils entre les mains des hommes, entre les mains d'hommes qui l'ont crucifié. Saint Paul dit très clairement à quatre reprises : « ...par la mort de son Fils » (Rm 5, 10) ; «  Car Dieu était en Christ... » (2 Co 5, 19) ; « … par la croix » (Ep 2, 16) ; « ...par le sang de sa croix » (Co 1, 20). C'est le Mystère de Pâques qui est la clé de la réconciliation et l'événement majeur. Partant de là, écartons toute idée de réconciliation sans douleur. Elle est toujours lente et difficile. Elle exige de nous patience, souffrance et générosité.
La Passion du Christ est une roche intarissable pour durer dans l’œuvre de réconciliation. Un chrétien doit voir et accepter dans ces écueils, obstacles et difficultés l'actualité de la Passion du Christ. En effet, la Passion du Christ n'est pas seulement un bel exemple à suivre. On peut tirer de cette Passion la vigueur, la patience et l'espérance pour persévérer dans la réconciliation. « Passion du Christ, fortifie-moi » disait Ignace de Loiola. Passion du Christ, fortifie-nous dans nos efforts de réconciliation.

4. La réconciliation de Dieu rend possible et exige notre médiation
  
Cette affirmation, bien que sous silence dans les déclarations de Paul, ressort admirablement et très clairement dans la lettre adressée aux Ephésiens. Elle dit ceci : « Christ est notre paix : de ce qui était divisé , il a fait une unité. Dans sa chair, il a détruit le mur de séparation : la haine. Il a voulu les réconcilier avec Dieu tous les deux (Juif et païen) en un seul corps, au moyen de la croix : là, il a tué la haine » (Ep 2, 14.16).
Pour bien comprendre ce passage, il faut connaître le contexte. Les communautés que créent Paul et ses compagnons étaient composées de Juifs et de Gentils. Ceux-ci étaient très différents de nature et d'éducation. Ennemis depuis toujours. Bien qu'ils crussent tous en Christ, les inimitiés et les différences ne s'effaçaient pas aisément. A Éphèse et dans beaucoup d'autres endroits, la population des Gentils croissait, alors que celle des Juifs régressait. Cette situation était la cause de fréquents tiraillements et querelles.
Cette constatation était cause de souffrance pour Paul. « Christ a abattu le mur qui existait entre vous ; vous êtes tous co-citoyens, de la famille de Dieu, demeure de Dieu » : tel était le message de Paul.
Pour bien comprendre ce message , il faut avoir présent à l 'esprit que la communauté fondée par Christ n'entraîne pas la fusion ou la dissolution des deux peuples. Les citoyens d'un peuple n'ont pas assimilé les citoyens de l'autre peuple. Les uns et les autres conservent leur identité. La réconciliation du Christ ne gomme ni la rivalité qui les oppose, ni leur identité. L'amitié du Christ  n’annihile pas les deux peuples, mais bien leur inimitié réciproque. Les chrétiens grecs ne peuvent pas écarter les juifs, et inversement. Selon l'illustre exégète Dupont, la réconciliation du Christ ne provoqua pas de changement d'ordre politique, mais bien un changement d'ordre religieux.
Ce passage est d'une grande richesse pour une approche rigoureuse de notre situation : ne pas briser les différences qui sont légitimes ; ne pas convertir la différence en mur ; cultiver le travail en commun et l'estime réciproque.


5. La réconciliation établie par Dieu en Christ s'étend à l'humanité et à la planète.
L'essence de la réconciliation provenant de la mort du Christ ne se limite pas aux seuls hommes et femmes. Elle s'étend à toutes les créatures du monde. En effet, par la faute des hommes et femmes, les choses de ce monde se trouvent détournées de leur bon sens, soit qu'on nous en ait fait des objectifs erronés, soit que nous soyons tombés esclaves sous leur emprise. Jésus, par le mystère de sa Pâque, a mis toutes choses à leur place. Il a rendu au monde son harmonie. Paul appelle cette harmonie la ré-conciliation. Dans la lettre aux Colossiens, cette réconciliation prend une amplitude plus large. Les Colossiens croyaient qu'existaient des créatures supra-naturelles jouissant d'une influence très forte sur les humains. Paul assoie la souveraineté de Jésus sur tout ce qui existe. Toute manipulation sans frein et l'utilisation et l'exploitation sans limites des biens de la planète, sont des forces contraires à la souveraineté de Jésus et opposées à la réconciliation du monde dans son ensemble.

6. Dieu réconcilie par l'intermédiaire de l'humanité

Dieu a réalisé sa réconciliation de fond avec nous. Mais il nous revient d'accepter et d'approfondir cet état de fait, en modifiant notre rapport à Dieu et en vivant comme réconcilié. Il ne suffit de recevoir passivement la réconciliation de Dieu. Elle doit nous conduire à modifier radicalement notre mode de vie.
Afin de proclamer la réconciliation de Dieu et faciliter notre réponse positive et agissante, il a choisi des messagers chargés de présenter en son nom cette réconciliation. Dans la lettre aux Corinthiens, Paul écrit : « Tout vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par le Christ et nous a confié le ministère de la réconciliation... C'est au nom du Christ que nous sommes en ambassade, et par nous, c'est Dieu lui-même qui, en fait, vous adresse un appel. Au nom du Christ, nous vous en supplions, laissez-vous réconcilier avec Dieu. »
Cette exigence de réconciliation n'est pas l'apanage des seuls messagers de l'évangile. Dans la pensée de Paul, le croyant réconcilié par Dieu, devient intermédiaire et messager de la réconciliation reçue (selon l'exégète Granados). Jean-Paul II ne fait que le répéter. Et l'exégète Turner également : nous manifestons que nous avons compris véritablement le message de réconciliation, dans la mesure où nous promouvons la réconciliation dans ce monde agressif. Entendre ce message et le mettre en pratique revient au même. Être réconciliateur dans la Société et dans l’Église, est le devoir incontournable des réconciliés. C'est à chacun qu'il incombe de concevoir où et comment remplir ce devoir.

  LA TÂCHE DES FIDÈLES

J'ai dit que le message de Paul s'adresse à tous les chrétiens. Il nous a été dit que la réconciliation avec Dieu, avec l’Église, avec la société est le devoir de tous les chrétiens.
Ce devoir des fidèles revêt des formes diverses : annoncer le message tout entier ; construire une Église réconciliée ; reconnaître les torts de l’Église et de ses fidèles ; guérir les victimes de toutes sortes ; propager la puissance réconciliatrice de l'eucharistie et du sacrement de la confession; répandre un climat de réconciliation dans le peuple ; prier avec ferveur et sans relâche pour la réconciliation... Voici les tâches prioritaires de l’Église et des fidèles. Parmi celles-ci, chacun choisira les mieux adaptées et les plus profitables pour la réconciliation. Ainsi que le dit un chant d’Église : « maintenant la prière, et ensuite l'action ».
La prière est l'apport le plus spécifique que nous, chrétiens, pouvons faire à la paix et à la réconciliation. La prière nous situe entre l'optimisme arrogant et le pessimisme résigné.
Nous ne voulons pas, dans la prière, tout remettre entre les mains de Dieu, pour nous croiser les bras. Par la prière, nous reconnaissons que  nos actes ne suffisent pas. Par la prière, nous demandons à l'Esprit de Jésus l'énergie et la volonté de poursuivre l'action. Dans la prière, nous acceptons nos aspirations et nos limites. La prière nourrit notre espérance et accroît notre patience. La prière, la véritable prière, renforce notre action et la bonifie, elle enrichit notre inventivité. La prière est le souffle céleste de notre action réconciliatrice.

Monseigneur Juan Maria URIARTE,
évêque émérite de Saint Sébastien
10 novembre 2013
Abbaye de Belloc – Urt.



BAKEAREN ZORIONTASUNAK P.116 (P. Zabala – Arantzazu)

Egin gaitzazu Jauna bakearen zerbitzari
Bakea ordain dezagun gure ahaleginen izari
Eta zure dohainari dohakion sari.

Zoriontsuak indarkeria ezeztatzen dakitenak,
Bereen kantua maitasuna dutenak.

Zoriontsuak diruaren mutil ez direnak,
Pobren zerbitzuan gozatzen direnak.

Zoriontsuak bereen helburua gogorkeria ez dutenak,
Bainan gozotasunez jokatzen direnak.

Egin gaitzazu Jauna …

Zoriontsuak bizitzeko besteak hiltzen ez dituztenak,
Bizia sortzeko hiltzen ere dakitenak.

Zoriontsuak gizagia zapaltzen ez dutenak,    
Bakotxaren nortasuna onhartzen dutenak.

Zoriontsuak bertzeentzat berekoi ez direnak,
Gidari bakarra zuzentasuna dutenak.

Egin gaitzazu Jauna …

Zoriontsuak indarra lege ezartzen ez dutenak,
Bakearen sustengoa eskaintzen dutenak.

Zoriontsuak mendeku-zirikatzaile ez direnak,
Gizartea barkamenduz eztitzen dutenak.

Zoriontsuak zoriontsuak bakegileak,
Bakean biziz dena bakeaz pozten dutenak.

Egin gaitzazu Jauna …



Tu nous as faits, Seigneur, serviteurs de la paix 
Que nous assurions la paix selon nos possibilités 
Et grâce aux dons reçus de toi. 

Heureux ceux qui savent détruire la force 
Et qui chantent l’amour. 

Heureux ceux qui ne se font pas esclaves de l’argent, 
Et qui se réjouissent dans le service des pauvres. 

Heureux ceux qui ne cherchent pas la violence, 
Mais qui s’engagent dans la douceur. 

Tu nous as faits, Seigneur, serviteurs de la paix ...


Heureux ceux qui n’écrasent pas les autres pour vivre, 
Tout en sachant mourir pour faire vivre. 

Heureux ceux qui n’écrasent pas l’être humain, 
Sachant respecter la personnalité de chacun. 

Heureux ceux qui ne vivent pas dans l’égoïsme, 
Se laissant conduire par la seule justice. 

Tu nous as faits, Seigneur, serviteurs de la paix ...


Heureux ceux qui ne font pas de la force une loi, 
Sachant offrir le soutien de la paix. 

Heureux ceux qui n’attisent pas la vengeance, 
Pour apaiser la société par le pardon. 

Heureux, heureux les artisans de paix, 
Assurant le bonheur de la paix en vivant dans la paix.